Un récit empreint de tendresse et de mélancolie, à savourer

Michaël Uras rend, dans ce paysage écrasé par le soleil, chaque personnage attachant, même le plus secondaire d'entre eux, et c'est avec plaisir que le lecteur vagabonde et papillonne d'une scène à l'autre, d'une émotion à l'autre. Comme s'il savourait un bonbon à l'anis, le laissant fondre doucement sur sa langue. Cette lecture ensoleillée au coeur de l'hiver, donnera irrémédiablement envie au lecteur de prendre un vol en partance pour la Sardaigne avec sa mer turquoise et ses maisons colorées.